< ACCUEIL > - < GALERIE 1 > - < GALERIE 2 > - < CV ET PRESENTATION > - < CONTACT >

JEAN MARC DE SAMIE
photographe

Jean Marc de Samie : une très longue attente
par Alain Paire

Jean Marc de Samie habite un village proche de La Ciotat. Les sentiers des calanques, les parages du Bec de l'Aigle sont des contrées qu'il arpente continûment. Il s'était tout d'abord consacré au travail du sculpteur. À la fin des années soixante, il fréquentait intensément le ciné-club de la ville des frères Lumière. Il se souvient avoir nuitamment collé des affiches, des messages de protestation à l'adresse d'un ministre qui censurait La Religieuse de Rivette. Au fil des ans, la bibliothèque d'un voisin qui l'hébergeait, l'historien de la Révolution française et de l'anarchisme Daniel Guérin , une librairie de Marseille, La Touriale des années soixante-dix, des lectures publiques qu'organisait Jean-Luc Sarré au Musée Grobet-Labadie, son amitié pour Christian-Gabriel Guez-Ricord furent quelques-uns des creusets à partir desquels s'imposa chez lui le désir de pratiquer l'art du portrait.

Parmi les photographies qu'il est heureux d'avoir composé, il aime montrer ses cadrages des visages silencieux de Claude Louis-Combet, de Roger Munier, de Philippe Jaccottet ou bien de Bernard Noël. Jean Marc peut brusquement décider de se rendre en Suisse ou en Bretagne pour rencontrer un écrivain qu'il vient de découvrir, ou bien un philologue, traducteur de textes irlandais du Moyen-Âge. Il voudrait que ses photographies lui permettent de remercier les auteurs qui le hantent. Dans une lettre privée, Yves Bonnefoy écrit que Jean Marc de Samie oeuvre pour que ce qui semble une simple technique d'enregistrement se révèle un instrument de connaissance. Il tente de restituer l'ancrage d'une note noire et blanche, la survenue d'une personne : un silence, le départ ou bien l'écart d'une voix.

Pendant les soirées du cipM, on l'aperçoit dans les premiers rangs, parmi les fauteuils sombres et les volets clos qui entretiennent une atmosphère de vieux cinéma, en face des tables où les écrivains prennent la parole. Son attente est parfois longue, ses flashes n'interviennent pas fréquemment. Il guette la possibilité d'un moment de calme et de sobriété, un respect d'autrui ou bien un souci d'amitié qui ne relèvent pas de la séduction pas plus que de la puissance. Once seen, never forgotten. On retrouve dans ses images la prescience d'un instant d'exactitude : le vu et le voyant, le locuteur et l'auditeur, l'écriture et son moment de profération, la fièvre et l'intériorité deviennent compatibles. Quand son attente prend forme, les démarquages, les défenses et les protections, les vieux automatismes se sont effacés. Un desserrement vient d'opérer, des moments de très fine bascule interviennent : les blocs de mots, les regards, les équilibres, les rêves et les urgences trouvent leurs intervalles, l'écoute et l'attention du public font surgir de nouvelles dimensions. Les circonstances sont autres, le visage du poète qui poursuit sa lecture n'est pas simplement celui d'un étudiant, le masque évasif d'un fonctionnaire, l'improbable rictus d'un type qui pourrait devenir marchand d'armes. Les raideurs et les conventions, la part qui revient au monde social s'atténuent. Il ne s'agit certes pas d'Isidore Ducasse, d'Ezra Pound, de Shakespeare ou bien d'Homère. Les rugueux et les rebelles, les clercs et les fâcheux l'ont cent mille fois répété, l'écrivain n'est pas l'auteur. Rétif ou bien perméable, le visage de cette personne qu'il photographie est un entre-deux, un nom commun à peine différent de ceux que l'on aperçoit quotidiennement. On imagine Fantin-Latour et Etienne Carjat qui croisèrent Rimbaud et les Parnassiens, Nadar que Baudelaire tutoyait et qui portraitura Nerval quelques jours avant son décès, Brassaï passionné par les techniques narratives de Proust ainsi que par ses observations sur les images latentes ou bien sur la mémoire involontaire, Gisèle Freund qui rédigeait sa thèse à la Bibliothèque Nationale non loin de Walter Benjamin, vêtu d'un costume sombre dont les manches étaient devenues trop courtes à force d'usure, Denise Colomb en face d'Antonin Artaud qui accepta de s'asseoir sur un petit fauteuil Directoire. On songe à Truffaut découvrant dans La Chambre verte un portrait d'Audiberti, on pense à Marc Trivier, terriblement démuni quand il rencontre Jorge Luis Borges dans un hall d'aéroport. Ici, sur les traits d'un visage qui se souvient d'un disparu, d'une page d'autrefois, d'une querelle, d'un désastre ou bien d'une joie, dans l'inflexion d'une voix, dans la mouvance d'un regard qui s'épuise, l'intranquillité, les énigmes, les ralentissements et les tensions, les rythmes et les surprises d'une scansion qu'on appelle faute de mieux poésie tracent leur voie de frayage. Le 14 juin 1990, Maurice Blanchot répondait au courrier de Jean Marc de Samie qui lui adressait huit jours auparavant un portrait d'Emmanuel Lévinas. Voici quelques-uns des fragments de la lettre de Blanchot :

Vous me demandez aussi ce qu'évoque le mot « visage ». Précisément, Lévinas nous l'a dit d'une manière profonde : le visage est autrui, l'extrême lointain qui tout à coup se présente de face, à découvert, dans la franchise du regard, dans la nudité d'un abord que rien ne défend, lorsqu'autrui se révèle à moi comme ce qui est en dehors et au-dessus de moi, non pas parce qu'il serait le plus puissant, mais parce que là cesse mon pouvoir... Je me heurte, face au visage, à la résistance de ce qui ne me résiste en rien.

écrit et publié pour l'exposition
Jean Marc de Samie : Quinze ans de photographie
(in "Cahier du Refuge" : Quinze ans du cipM, 2005, cipM)

JEAN MARC DE SAMIE
né le 9 février 1945 à La Ciotat, Bouches du Rhône
Adresse: Le Verger - La Fougasse
1147 Chemin du Baguier
13 600 La Ciotat, France
tél / fax : 04 42 71 47 99
jm.desamie@free.fr

ACTIVITES PHOTOGRAPHIQUES (depuis 2000) :

Expositions :
• “Photographies du poète Philippe Jaccottet”, septembre 2001
• Monastère de Saorge, “l'Immèdiat Insigne”, photographies de paysages et textes de Bernard Noël, juillet / septembre 2003
• Librairie-Galerie, Alain Paire et Librairie “Vents du Sud”, Aix-en-Provence,avec Anne-Marie Jaccottet, décembre 2003,
février 2004, ( photographies du poète Philippe Jaccottet )
• Exposition personnelle, Ceyreste, sculptures et photographies de paysages, mars / avril 2004
• Galerie Remarque, Trans-en-Provence. Photographies du poète C.G.Guez Ricord et oeuvres sur papier du poète. novembre 2004 - janvier 2005

Illustrations :
• Editions Le Cherche Midi, 2000, (Yves Broussard)
• Editions de la Bibliothèque Nationale de France, 2000, (Edmond Jabès)
• La Quinzaine Littéraire, n°780, 2000, (Jacques Dupin)
• La Quinzaine Littéraire, n°781, 2000, (Jean-François Bory)
• cipM / Centre National des Lettres, 2000 (Jean-François Bory) CD, Editions des Musées de Marseille / cipM, 1993 et 1995
Le Journal TAKTIK, Marseille, depuis 1990
• "Le Cahier du Refuge", Les 10 ans du cipM, 1990-2000
• "CCP, Cahier Critique de Poésie" n°1, (Pierre Guyotat),
n°2, (Louis-René des Forêts),
n°4, (Roger Lewinter),
n° 7, (Jean-François Bory)
• "Le Petit Vehicule" n° 45, La Bokal, Marseille, 2000
• "Le Grand Livre de Jean-Luc Parant", Editions de La Différence, 2000
• Catalogue de la Biennale Internationale des Poètes en Val-de-Marne,novembre, 2001
• Affiche exposition "ABC du galet" , Michéa Jacobi ,cipM, 2001
• "Lettres d'Aquitaine", février / mars 2001, (Louis-René des Forêts), Catalogue de la Cité du • Livre “ Les Ecritures Croisées “, Aix-en-Provence, (Jacques Dupin), mars 2001, (Jean Todrani), mars 2004
• cipM éditeur : "Damas / Marseille" et "Beyrouth / Marseille", octobre 2002
• Catalogue "Käthe Kruse", Martin Schmitz Verlag, Berlin, 2002
• NORD / SUD, Passage, n°5, 2002, (Jean-Jacques Viton)
• Les Rencontres poétiques de Montpellier, Affiches de Emmanuel Laugier, janvier 2003
et Caroline Dubois, mai 2003
• Editions Nathan, collection "Baluchon , Le• Toit du Monde", les Bhoutanais, 2003
• Collabore avec le mensuel de la littérature contemporaine, "Le Matricule des Anges"
• Collabore avec le journal "Le Monde"
• "Les Copains d'la Neuille" automne / hiver 2003 / 2004, n°5 (Richard Martin)
• Mentionné dans le "Magazine Littéraire", n°424, octobre 2003, "Du visage", p 28, sur : "l'écrivain de la solitude essentielle", (Maurice Blanchot)
• Le Magazine "EPOK" n°42, décembre / janvier 2004, (Josée Lapeyrère)
• Le Nouvel Observateur, n°2052, mars 2004, (Frédérique Guetat-Liviani)
• cipM éditeur : Tanger / Marseille, mars 2004



de très nombreuses photographies de poètes sont consutables sur le site du cipM : www.cipmarseille.com.



FICHE PROFESSIONNELLE :
Jean Marc de Samie
Le Verger - La Fougasse
1147 Chemin du Baguier
13 600 La Ciotat, France
tél / fax : 04 42 71 47 99
jm.desamie@free.fr

Sécurité Sociale N° 1 45 02 13 028 005 73
N°SIRET 428 398 73900022
N°AGESSA 31568
Adhérent UPC n° 3062
Membre de La SAIF N° 2269

< ACCUEIL > - < GALERIE 1 > - < GALERIE 2 > - < CV ET PRESENTATION > - < CONTACT >